©2015 Andre Philibert. Tout droits réservés. Aucune partie de ce site ne peut être reproduite sans l'autorisation de l'artiste.

 

©2015 Andre Philibert. All rights reserved. No part of this website may be reproduced or transmitted in any form or by any means without prior permission by the artist.

Conçu par / Designed by: Method Innovation Partners Inc.

ANDRÉ PHILIBERT

Né à montréal en 1944, André étudie à l'Institut des Arts Graphiques de 1963 à 1965, et ensuite fait un stage à l'École des Beaux-Arts de Montréal. En 1966, il visite les grands musées d'Europe et y retourne pendant quatre mois en 1984. Une première exposition-solo en 1968 à Montréal et publie en 1970 une bande dessinée en noir et blanc,<<  Oror 70 >>, ( celle qui en a marre tire, le blanc pour le meilleur et le noir pour le pire ). Il reçoit une bourse du Conseil des Arts du Canada en 1969-70 et enseigne le graphisme au CEGEP Ahuntsic en 1971-72, puis quitte Montréal pour s'installer à Chartierville en Estrie. Après quelques années sans peindre il reprend ses pinceaux inspiré par son nouvel environnement. En 1983 il est le récipiendaire du Premier Prix et du prix René-Huyghes au Salon International de la peinture de Sherbrooke.

 

Pour André Philibert les paysages d'hiver nocturnes sont le prétexte  d'études chromatiques où le bleu foncé est dominant et se décline en de multiples nuances. Le tout est tributaire d'un premier jet spontané qui indique la voie à suivre, la rapidité de l'acrylique oblige. C'est la présence du fleuve St-Laurent en Charlevoix et les scènes de l'arrière-pays de l'Estrie qui l'inspire. Dans ses tableaux la presénce humaine est un élément important qui se manifeste plus par la lumière d'une fenêtre ou d'un lampadaire allumé que par l'illustration de personnages. Ceux-ci sont discrets un peu comme dans les estampes japonaises. Par son utilisation de la couleur bleue, le peintre  crée une lumière fantômatique pour des scènes pourtant bien ancrées dans le réel.

 

André Philibert a été nommé le << Peintre de la nuit >> par plusieurs critiques mais il serait plus précis de le décrire comme le peintre  de la pleine Lune, des aurores ou des crépuscules ou même comme un magicien. Son travail nous fait voir une autre réalité, toute baignée de bleue, si réaliste qu'on en oublie la nôtre. Ses scènes hivernales du Québec nous réconcilient avec notre enfance. La luminosité de ces paysages recrée une atmosphère apaisante.

 

L'oeuvre de Philibert est rafraîchissante, contemporaine par la géométrie des ses formes et unique par sa maîtrise technique. Graphiste de formation, André Philibert a participé à de nombreuses expositions, solo ou de groupe, et on peut trouver son travail en Europe et aux États Unis aussi bien qu'au Canada. C'est en   novembre 2014 à Liss Gallery, Yorkville, Toronto, qu'on pouvait  voir une exposition solo de ses oeuvres les plus récentes.

_____________________________________________________________________      

ref.: “ Philibert Night colours, Night Lights “ / Jacques de Roussan / translated by Renée Cosgrove / Roussan éditeur inc. / collection Panorama / 1990 /  ref.:  Lucie Piché / “ La magie du réel” / Magazin’Art / printemps 1994 / Profile / translated by Fiona Malins.

 

English

 

Born in Montreal in 1944, André studied at l’Institut des Arts Graphiques from 1963-65, and then followed advanced courses at L’École des Beaux-Arts de Montréal. In 1966, he visited the great museums of Europe and returned for a four-month journey in 1984. He held his first solo exhibition in Montréal in 1968 and in 1970 published the first Quebecois cartoon book “ Oror 70 “. He received a Canada Council Arts grant in 1969-70, taught graphic arts at CEGEP Ahuntsic in 1971-72, then left the city to settle in Chartierville, in the Eastern Townships. After some years without painting, he returned to work with landscapes, seen around in his new surroundings. In 1983, he received First Prize and the prix René-Huyghes at Sherbrooke’s Salon International de la peinture.

 

For André Philibert, the nocturnal winter landscape are the pretext for skilful chromatic studies where the dominant tonality, dark blue, assumes different values according to whether he desires the scene to be cool or warm. As for winter, this painter achieves serene images from along the shore of Saint Lawrence and in the back country. For him the human presence is a primordial element which dominates each painting rather through the use of a symbol, a lamp light glimmering in the night than in the physical depiction of individuals. Perhaps he conjures a world that is propitious for a ghost or one that is, nonetheless well anchored in reality.

 

André Philibert has been called the “Painter of the Night” by many critics but it would be more accurate to describe him as a painter of the full moon, of the sunrise and the sunset, or maybe even as a magician. His work depicts another reality, all enveloped in blue, but so real that the viewer forgets his own. These numerous scenes of a Quebec winter, with everything under snow, make us feel good and remind us of childhood. The luminosity of his landscape creates a night atmosphere of calm and quiet.

 

Philibert’s work is refreshing, contemporary by the geometry of its forms, and unique because of his mastery of technique. A graphic artist by training, André Philibert has taken part in numerous exhibitions, solo and group. His work can be found in Europe, the United States and in Canada. His latest solo art exhibition was in November 2014 at Liss Gallery / Yorkville / Toronto.

_____________________________________________________________________      

ref.: “ Philibert Night colours, Night Lights “ / Jacques de Roussan / translated by Renée Cosgrove / Roussan éditeur inc. / collection Panorama / 1990 /  ref.:  Lucie Piché / “ La magie du réel” / Magazin’Art / printemps 1994 / Profile / translated by Fiona Malins.